Lutte contre les exclusions

Lien social, Lutte contre les exclusions

Diane Dupré la Tour

Les Petites Cantines

Les villes n’offrent plus à leurs habitants des espaces de sociabilisation permettant de créer des liens sociaux forts. Peu à peu, aller vers l’autre est de moins en moins naturel.

26% de français se sentent d’ailleurs exclus, abandonnés ou inutiles, Diane offre aux citadins une nouvelle opportunité de réapprendre à créer du lien social à l’échelle de leur quartier au travers de l’ouverture de « Petites cantines » : des grandes cuisines ouvertes où chacun peut se rendre pour cuisiner et prendre un repas, quels que soient son origine, son âge ou sa situation économique. En utilisant le repas comme prétexte, et grâce à un modèle pensé pour permettre à des publics extrêmement mixtes d’interagir, elle réussit à casser la stigmatisation habituelle « aidant-aidé » et révolutionne la manière dont la lutte contre l’isolement en ville est pensée. L’ambition de Diane à terme est que chaque ville de plus de 20 000 habitants accueille un jour au moins une Petite Cantine, un lieu où chacun puisse venir se ressourcer et reprendre confiance dans le vivre-ensemble.

IMPACT

En 2020, après 4 ans d’existence, Diane a touché 15 000 personnes. 78% des participants déclarent avoir le sentiment d'appartenir à une communauté, et de nombreux liens et projets se créent chaque jour entre voisins. L’impact sur les participants va bien au-delà du temps passé avec les membres d’une cantine : 55% d’entre eux disent avoir mené des actions en faveur du lien social avec des inconnus, réussissant peu à peu à recréer du lien social autour d’eux. Diane essaime désormais son modèle en formant des porteurs de projet qui souhaitent ouvrir et gérer de façon autonome leur Petite Cantine, partout en France.

QUI EST-ELLE ?

Diane est journaliste et a 3 enfants quand elle perd son mari dans un tragique accident de voiture. Elle traverse cette épreuve notamment grâce aux nombreuses preuves de solidarité des gens de son quartier, qu’elle connait à peine. Cet évènement bouleverse sa vie et la pousse à démissionner de son poste de rédactrice en chef d’un journal économique pour entreprendre. Peu de temps après, elle rencontre Etienne Thouvenot, co-fondateur des Petites Cantines. Quand ce dernier partage avec Diane ses différentes idées d’entreprises, celle d'un "restaurant communautaire" la transcende. Parce qu’elle a elle-même vécu l’isolement et la solitude, elle en ressent immédiatement la puissance et l’impact potentiel et le convainc de se lancer avec elle dans l’aventure.